Emile Ollivier

Année de naissance : 1940, Nationalité principale : Haïtien, Nationalité secondaire : Canadien, Pays d'origine : Haïti

Né à Port-au-Prince (Haïti) le 19 février 1940, Émile Ollivier est formé à la sociologie après des études de philosophie à l'École Normale Supérieure d'Haïti et des études de lettres et de psychologie en France.

Fréquentant les cercles littéraires à Port-au-Prince, Ollivier milite activement au sein de l'Union Nationale des Étudiants Haïtiens. En 1964, il se voit contraint à l'exil par le régime de François Duvalier. Après un séjour d'études en France, en 1965 Ollivier et sa femme Marie-José Glémaud s'installent d'abord à Amos en Abitibi, dans le nord du Québec, ensuite en 1968 à Montréal. Pendant vingt-cinq ans, Ollivier mène une carrière de professeur à l'Université de Montréal dans la Faculté des sciences de l'éducation. Son œuvre d'essayiste et de sociologue reflète l'intérêt porté aux populations immigrées de Montréal, l'intégration et l'alphabétisation de ses migrants, dans le sens large de manipuler les codes d'une nouvelle société tout en sachant garder, en respectant et transformant, la mémoire des origines.

Tous droits réservés © 1999-2014
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/ollivier.html
mise en ligne : 17 février 1999 ; mise à jour : 24 mars 2014

Bibliographie sélective


  • Regarde, regarde les lions. (recueil de 15 nouvelles). Paris: Albin Michel, 2001.



  • « Port-au-Prince ma ville aux mille visages ». À peine plus qu'un cyclone aux Antilles.  (Textes réunis sous la direction de Bernard Magnier). Rochefort: Le temps qu'il fait, 1998: 45-56.



  • Les Urnes scellées. Paris: Albin Michel, 1995.



  • Mère-Solitude. Paris: Albin Michel, 1983; Paris: Le Serpent à Plumes, 1994.



  • La Discorde aux cent voix. Paris: Albin Michel, 1986.



  • Paysage de l'aveugle. Montréal: Pierre Tisseyre, 1977.