Lazare vient de mourir, son corps est exposé et il voit défiler devant lui, anciens amis, ennemis, voisins et parents, tous les habitants du village de Fond-Pipiri qui, sincères ou hypocrites, viennent ainsi rendre un dernier hommage au défunt et entamer avec lui une petite causerie... Un roman aux accents latino-américains qu’affectionnait tant le romancier martiniquais Xavier Orville.